Pologne 1996

Banlieue de Cracovie - KRAKOW

Il est environ 22h00 et la température à chuté à -21°

Après avoir creusé le trou , il faut s'habiller..... brrr... et il faut y aller...

________________________________________________________________

Bon voilà l'histoire :

Il était une fois quatre spéléos plongeurs français qui se rendent en Pologne pour y encadrer un stage de plongée spéléo.

notre matériel ...... va-ton y arriver ?

 

Le stage se déroule à Zakopane dans le sud à la frontière Slovaque.

Bon je passe les détails mais çà valait son poids de cacahouètes...

Nous étions quatre, dont Dame Joëlle, JeanMichel et votre serviteur.

Après bien des péripéties les cours pratiques avaient lieu en piscine... bon mais attention pas n'importe quelle piscine... si vous avez déjà vu une piscine au deuxième étage d'un hôtel et une autre au RdC. dites le moi, pour moi c'était la première fois... surtout que celle du 2ème avait 5 lignes de nage et 25 mètres de long avec une fosse de 2,50 de profondeur... pas mal, non ?

Le hall d'entrée de l'Hôtel où se trouvent les deux piscines

Nous avons de gauche à droite : Adam, 2 qui m'échappent, l'auteur en anorak gris et bleu, Jean Michel, xxx, Piotr, Joëlle, Anna, Rafal et Ewa

 

Bon, je passe, mais il y avait un club fitness à côté et je vous laisse imaginer les canons que nous voyons défiler en se tortillant juste ce qu'il faut de là où il faut pour nous faire monter la température en flèche... heureusement que nous étions en néoprène sinon nous aurions été indécents.

Bref, un jour les stagiaires se plaignent d'être en piscine et demandent du concret en situation réelle... Nous mettons au point un plongée en lac... quand je dis mettre au point il faut préciser, en Pologne tant que tu n'as pas commencé l'activité tu ne sais pas à quelle heure tu commences...

Bon nous décidons d'aller plonger dans le lac de Moskie Oko (les yeux de la mère), le jour J nous sommes surpris de voir arriver à 7 heures du matin Krzysztof, dans nos piaules.. mauvais signe... Je vous précise que Krzyzstof est ce que j'ai connu de meilleur comme homme, plongeur, ami, bref un super copain.

Il était venu en France suivre le stage de Cabrerets et il est actuellement le plongeur le plus profond de Pologne avec 160 m. dans un résurgence de Tchéquie. Il a reçu un Globus Award 99 pour çà. Bon je passe.

Il nous explique que Moski Oko c'est rapé car il y a un mètre de glace sur le lac et qu'ils ne savent pas percer un mètre de glace.

Nous déjeunons en cherchant une solution, Krzyzstof nous dit qu' il connait un lac de carrière près de Cracovie qui doit être jouable avec une couche de glace de 15 à 20 centimètres. Va pour Cracovie, c'est à 100 km. Nous chargeons le matos dans le camion et nous partons (10h.), arrivé à la sortie de Zakopane nous faisons le plein et attendons la voiture des Polonais... nous quittons Zakopane vers 12h30..... La route est très encombrée nous arrivons à Cracovie vers 15h00, goûter discussions et rediscussions, la température est de -15 à l'extérieur... la nuit est tombée... nous arrivons au lac, il est 17h00, nous laissons tourner le moteur du camion et mettons le chauffage à fond.

Les phares tournés vers le bord du lac, nous creusons.... dans de la glace dure comme du béton armé... il fait -18.... le trou est fait nous en faisons un second.... il fait -19, nous nous habillons..... bref nous sautons dans nos volumes plus vite que vous mettez à le lire...

Et j'en arrive enfin au givrage.... C'est ma première plongée sous glace et la température extérieure ne fait pas rire... Je me rappelle un conseil...

<< Le givrage c'est dans ta tête, tu es responsable à 80% si tu givres. Le matos n'y est que pour 20 % et encore... qu'il me répond...>>

J'ai deux Poséidons, un jet et un Cyklon... deux det différents pour ne pas tomber en panne avec les mêmes paramètres... (parano spéléo dirons certains). Et pas de capuchon antigivre, trop chers j'ai fait l'impasse.

J'ai quand même givré en sortant de l'eau ... tout le matos se couvre immédiatement d'une épaisse couche de glace. Et bien il a suffit de fermer les robinets et de plonger le tout dans l'eau, et de refaire comme dit plus haut, j'ai fait quatre plongées ce jour là... Je n'ai pas givré sous l'eau.

Je prends patience entre deux groupes... l'eau fume, la différence de température.....

Mise à l'eau sans faire l'essai des det. en extérieur comme on le fait d'habitude (sinon givrage immédiat). Il faut avoir vraiment confiance en son matériel... j'ai confiance... je prends une grande inspiration et je coule.... je mets un det en bouche et je retarde au maximum la première inspiration.... dix secondes, quinzes secondes.... et doucement j'inspire.... tout bon... je change , pareil... je me fais un large sourrire et réceptionne mes stagiaires et on y va... tirer du fil au milieu des arbres noyés en pleine nuit en Pologne: vision Dantesque...

J'ai respiré ZEN, changé très souvent de détendeurs et cà a marché. Mon ordi donnait les températures suivantes : 0 sous la glace, 1 à -5, 2 à -10, 3 à -15, et 4 en dessous quelle que soit la profondeur, j'ai testé jusqu'à -25, -30 toujours la même température...

J'ai regivré une fois en France dans les grottes du cirque d'Archiane dans le Vercors, j'ai fermé la bouteille, reouvert après cinq minutes dans l'eau.... et j'ai fait attention à mon rythme respiratoire ensuite, il ne s'est plus rien passé...donc vous pouvez me croire, un détendeur peut givrer et si vous modifiez votre comportement ... ne plus givrer....

Sortir de l'eau n'est pas facile

Vous allez peut être dire oui mais dans des situations extrêmes , même d'être zen ne doit rien changer...possible. Mais ces situations sont : plonger en eaux froide à grande profondeur, car le givrage dépend de la productions de froid du détendeur. Vous savez que détendre un gaz produit du froid.. bon ce froid est proportionnel à la détente, cette détente est proportionnelle à la profondeur...donc au débit d'air... et plus on descend plus le det doit fournir d'air..

Là je n'ai pas essayé... je ne parle que de ce que je connais.

Jacek, votre serviteur et Krzystof en fin de plongée,

Ils sont assez fiers d'eux....

Vous le voyez peut être difficilement à gauche. J'ai agrandi le radiateur qu'utilise Krzystof...

Et voilà pour ceux qui ne comprendraient pas le principe du radiateur

 

Enfin lorsque nous avons fini les plongées, les polonais sont venus tous fiers nous montrer leur thermomètre..... -21° extérieur..... Record polonais.

On a pas mis deux heures à se rhabiller.....

 

Entre deux stagiaires , quand l'attente était trop longue, je me suis réfugié dans la camionnette que nous avions laissé pendant quatre heures moteur tournant. Le chauffage à fond permettait de se réchauffer.

J'ai le visage qui brille de la graisse de baleine dont nous nous étions largement enduit.

retour

Hit-Parade