HISTORIQUE de la SPELEOLOGIE

La Plongée Spéléologique

 

Pour l'instant il n'y a que du texte, dans quelques semaines j'aurai scanné (en jpg !) les photos dont j'ai les droits, et peut être obtenu les autorisations pour les autres....

Je vais vous parler des tous début de la plongée spéléo en France principalement et dans les pays limitrophes accessoirement lorsque je pense que cela est important.

J’ai classé arbitrairement la période que j’ai traité en trois époques. Les dates s’interpénètrent, mais l’esprit reste.

 

L’apnée, les scaphandres et les respirateurs et enfin les premiers détendeurs.

 

APNEE :

C’est forcément avec cette technique que les premières tentatives de franchissement ont dû être faites. Malheureusement l’histoire n’en a pas retenu les auteurs.

Un des premiers explorateurs dont j’ai pu retrouver la trace est ARMAND JANET. En décembre 1892, accompagné des frères Roche, il visite l’embu de Caussol à 10 km au nord de Grasse dans les Alpes Maritimes.

Il découvre alors une galerie prolongeant le lac qui était considéré à l’époque comme le terminus, il descend un puits et après un sondage à l’aide d’une cane il franchit en apnée une courte voûte mouillante.

30 ans plus tard en août 1922, nous retrouvons Norbert Casteret qui âgé de 25 ans, explore une grotte sur la commune de Montespan. Il est bientôt arrêté par un siphon, et décide le même jour de le franchir, il explore ainsi 1 km de galerie et trouve un deuxième siphon qu’il franchit également.

Un an plus tard il revient avec son ami Henri Godin et c’est en explorant un peu plus en détail la galerie qu’il avait déjà visitée qu’il découvre les plus vieilles statues du monde.

En 1930, il tente le franchissement d’un siphon à Goueil di Her, mais sans succès, à noter qu’âgé de 60 ans il plongeait encore.

1941, en Grande Bretagne Bob Leakey franchit trois courts siphons dans Monsdale Cavern dans le Yorkshire, il atteint Giant Hall.

1944, il franchit le siphon terminal de Disapointment Pot. Sa technique vaut d’être mentionnée, il se déshabille entièrement, prend une profonde inspiration et se glisse dans l’eau, les pieds les premiers.

Nous finirons notre chapitre sur l’apnée par Jean Canac en juillet 1945.

Il se trouve avec le groupe du CAF au château de Lacaze, malgré la grande sécheresse la voûte est toujours amorcée… alors que dépités ils allaient faire demi-tour, Jean CANAC se déshabille en un clin d’śil et se jette à l’eau muni d’une lampe étanche. Quelques secondes plus tard ses cris de joie rassurent ses amis.

Le lendemain accompagné de Gilbert Daguerre le secrétaire du CAF, il recommence. Ils atteignent bientôt un second siphon. Deuxième tentative, elle dure 20 secondes….. ils passent ! ! Robert de Joly lui-même qualifia cet exploit d’unique.

 

 

çà vous a plu ? patience ................ la suite en janvier 2000

 

Hit-Parade